Parution : 4 novembre 2013
Les Z’indigné(e)s n° 8
URGENT : cherche planète de rechange !

Les Zindigné(e)s n°8
- octobre 2013

« Le dépassement écologique » mondial est atteint

Jean Gadrey, économiste, membre du conseil scientifique d’ATTAC
C’est en effet (à peu près) le 20 août dernier que l’humanité a « consommé » toutes les ressources naturelles renouvelables que la planète peut produire en 2013. Depuis, après avoir dépensé notre « budget » de l’année, nous vivons à crédit auprès de la « banque de la planète », celle qui renouvelle à son rythme les ressources naturelles utiles à la vie humaine, et d’autres écosystèmes. C’est-à-dire que nous pompons dans le stock, le patrimoine, les « fonds propres », en les épuisant chaque année un peu plus et un peu plus vite.

Empreinte carbone et écologique : la concurrence des riches contre les pauvres

Il y a urgence à redéfinir un nouveau pacte social, à écrire de « nouveaux jours heureux ». Ils doivent lier justice sociale et écologie.

Comment les multinationales ont destructuré le paysage agricole français

L’agriculture française repose sur un modèle de développement pour le moins catastrophique pour l’homme et la nature. Que constate-t-on sur le terrain ? Que pourrait être une agriculture écologiquement et socialement responsable ?

Quatre portraits de résistants du Sud face aux catastrophes écologiques et humaines

Les Zindigné(e)s s’indignent chaque fois qu’on entend dire qu’il faudrait être riche pour s’intéresser à l’écologie. Nous sommes du côté d’une écologie des pauvres contre l’écologie des riches. Pour preuve ces quatre portraits qui nous viennent du Sud.

Après le débat sur la « démondialisation » : où en est-on aujourd’hui ?

Louis Weber, essayiste
Le débat sur la démondialisation1 a eu, il y a deux ans maintenant, un grand écho dans la presse. L’élément déclencheur été la prise de position d’Arnaud Montebourg au cours de la primaire socialiste en vue de l’élection présidentielle de 2012. Mais, contrairement à ce qu’on a pu croire – ou tenté de faire croire –, il n’a évidemment pas inventé le sujet, il l’a « instrumentalisé » le temps d’un été et d’une campagne pour ne plus guère en reparler ensuite.

Grèce : le pressentiment du pire avec Aube Dorée

Peu de temps avant l’assassinat de Pavlos Fyssas par les néo-nazis d’Aube dorée sous les yeux d’une police complice, une atmosphère de plus en plus lourde laissait présager le pire...

Grandes métropoles : échec à la tour !

Le capitalisme globalisé, de Shanghai à Sao Paolo, du Cap à Londres, de Mumbaï à Paris, de Moscou à Chicago, mise sur l’édification de tours pour marquer sa puissance, tant économique que médiatique. Au-delà de la spéculation et de la corruption qui l’accompagnent, ce choix irraisonnable d’un point de vue énergétique, accroît la ségrégation urbaine et condamne à mort l’esprit des villes. Il est temps de s’y opposer, il s’agit d’un choix politique contre une société clivée.

Les aberrations de la monnaie unique

Aurélien Bernier, partisan de la démondialisation
Comme le protectionnisme, fût-il écologique et social, la sortie de l’euro n’est pas un but en soi. Elle n’est pas une réponse magique qui résoudrait instantanément la crise.

Mais que fait le politique face à la déferlante des écrans publicitaire ?

Antonin Moulart, administrateur de Résistance à l’agression publicitaire (R.A.P.)
Les écrans publicitaires continuent de se répandre à travers le monde. En 2012, pas moins de 12 000 écrans avaient été installés par la seule entreprise JCDecaux. Le lobbying forcené de JCDecaux1 auprès des politiques, notamment dans le cadre du Grenelle 2, montre que les écrans publicitaires sont sa principale source d’expansion pour les années à venir. Sans résistance, le temps d’attention de l’individu sera encore d’avantage sollicité par la grande industrie.

La fabrique du consentement au nirvana sécuritaire

Le capitalisme a besoin de notre consentement. Servitude volontaire du forçat de la consommation, servitude volontaire du forçat du travail. Servitude volontaire de l’adepte du sarkozysme de droite comme de gauche. Servitude volontaire au nirvana sécuritaire.

Numérique et internet : un enjeu social central

Laurent Paillard, philosophe
Le réseau internet est devenu un vecteur majeur de la circulation des connaissances et de la création. Parallèlement, la numérisation des biens culturels et la dématérialisation de leur transmission fait de l’informatique un enjeu social central.

La question du pouvoir (des Chefs) à gauche

Yves Cohen - École des Hautes Études en Sciences Sociales
La gauche est toujours un peu embarrassée avec le discours du « chef ». Sa posture la plus courante est le persiflage ou l’ironie. N’est-ce pas de gauche, et même d’extrême gauche que vient le cri « À bas les chefs ! » qui fleurit dans les grèves ouvrières du dernier tiers du xixe siècle ?

BesoinS politiqueS de la décroissance

Et si la « décroissance » cessait de n’être qu’un slogan ou un mot pour ambitionner de s’imposer dans toutes les discussions politiques, par des propositions à la fois enthousiasmantes et pragmatiques. Non pas pour se contenter de dire « objection », « adieu » ou « halte » à la croissance mais bien pour demander comment « dé-croître » : comment passer démocratiquement du monde de la croissance à d’autreS mondeS possibleS, ceux de l’a-croissance ?

Une écologie du regard pour changer le monde

Yann Fiévet
Et si le changement pour un monde plus juste et économe de ses ressources vitales était d’abord une affaire de regard, le choix des actions à mener ou des décisions à prendre s’imposant ensuite naturellement. Si notre monde va si mal dans ses dimensions écologiques, sociales, économiques, politiques et spirituelles n’est-ce pas avant tout en raison du fait que nous le regardons fort mal ?

article jeune