Parution : 4 mars 2016
Donald Trump le nouveau faucon des USA

Donald Trump après sa victoire dans le New Hampshire reste le favori du camp républicain pour l’élection présidentielle américaine de l’automne prochain. Il est une sorte de synthèse fulgurante des vieux démons de l’oncle Sam. Il confirme à l’excès que là-bas la politique est un spectacle, que les campagnes y sont dégoulinantes de fric et de bons sentiments, mais aussi d’injures et de coups bas. Portrait du nouveau va—t-en-guerre des états-Unis.

Donald John Trump est à son aise dans la partie de l’Amérique qui a peur et préfère regarder son passé dans le miroir aux alouettes qui lui est vulgairement tendu plutôt que d’affronter les risques nécessaires d’un avenir forcément incertain. Le candidat nous apparaît insupportable et l’on peine à imaginer qu’il puisse faire audience. Pourtant… Et, attention : à trop nous moquer de ce trublion milliardaire et grossier, nous risquons de ne pas nous apercevoir qu’en Europe aussi la manière de faire de la politique prend désormais des tournants fort malsains.

Dans les Primaires au sein du camp des Républicains, il reste officiellement onze candidats en lice. Deux hommes font la course en tête des sondages, Donald Trump et Ted Cruz, le sénateur du Texas, suivis à distance par deux outsiders, le sénateur de Floride, Marco Rubio, et l’ancien gouverneur de Floride, Jeb Bush. Tous les autres ne semblent déjà plus compter. Le 14 janvier dernier à North Charleston en Caroline du Sud, un débat était particulièrement attendu, deux semaines avant le rendez-vous de l’Iowa, premier Etat à se prononcer pour la course à l’investiture républicaine, le 1er février. Comme à l’accoutumée, on s’y invectiva et les positions restèrent inchangées. On en profita bien sûr pour accabler unanimement le président Barack Obama et la favorite pour l’investiture démocrate, Hillary Clinton, comme il est d’usage en pareille circonstance. Jugeons ici du niveau et de la teneur des débats : Pour attaquer Hillary Clinton, Donald Trump ressort l’affaire Lewinsky avec un nouveau clip de campagne dans lequel il associe l’ancienne « Première dame » à une série de scandales sexuels, dont celui concernant la célèbre stagiaire de la Maison Blanche. Le couplet habituel de Donald Trump sur les Musulmans qu’il conviendrait de refouler aux frontières ou d’expulser hors des Etats-Unis n’est jamais très loin non plus quand ce type de débat est retransmis par les chaînes de télévision les plus populaires, telle la très conservatrice Fox news par exemple. Les médias sont du reste largement partie prenante du populisme ambiant qui ne date évidemment pas d’hier. Un institut de sondage américain a demandé à un échantillon d’électeurs s’ils étaient favorables au bombardements d’Agrabah, une ville imaginaire dans laquelle se déroule le dessin animé Aladin. Un tiers des électeurs républicains interrogés a répondu par l’affirmative ! La bêtise le dispute souvent à l’ostracisme. [découvrez l’ensemble de notre article dans Les Zindignées n°32]

- Dans la rubrique: SOCIÉTÉ
article jeune